Merapi Mountain Borobudur Temple bermain gamelan
Explorez l'Indonésie 
Maison » Explorez l'Indonésie » Histoire de l’Indonésie » Les premiers pas de la République

Les premiers pas de la République

(1949 - 1968)

Les premiers pas de la jeune République ne se firent pas sans difficultés. Ayant opté pour une démocratie parlementaire, un gouvernement de coalition regroupa toutes les familles politiques. Si autrefois l'union prévalait dans le combat pour l'indépendance, des divergences apparurent très vite. Entre 1946 et 1960, trois guérillas menées par des mouvements indépendantistes musulmans éclatèrent à Sumatra et Java Ouest, et une quatrième aux Moluques par les indépendantistes chrétiens. Sukarno déclara l'état d'urgence en 1958 et mit fin au régime parlementaire en 1959. La nouvelle "démocratie dirigée" donnait les pleins pouvoirs au président Sukarno.


La conférence de Bandung en 1955


En 1955, la conférence de Bandung avait réuni 29 pays d'Afrique et d'Asie fraichement indépendants et donné naissance au Mouvement des non-alignés qui refusait de suivre la politique de Moscou et encore moins celle des Etats-Unis. Au début des années 60, l'anticolonialisme de Sukarno se fit plus virulent. Celui-ci se fit élire président à vie en 1963 et entama un bras de fer avec la Hollande pour récupérer la Nouvelle-Guinée Occidentale, ainsi qu'avec la Malaisie et les Britanniques au sujet des terres malaises du nord de Bornéo.

En 1965, Sukarno resserra les liens avec Pékin et fit entrer au gouvernement le puissant Parti communiste indonésien (PKI) qui regroupait alors plus d'un Indonésien sur dix. Les militaires virent la montée en puissance des communistes d'un mauvais œil et ne tardèrent pas à réagir. Le 30 septembre 1965, de jeunes officiers assassinèrent six généraux. Le lendemain, une tentative de coup d'Etat fut réprimée par un général de réserve de l'armée, le général Suharto. Le PKI, bien qu'alors en plein essor et n'ayant aucune raison de fomenter un coup d'Etat contre leur allié Sukarno, fut accusé d'en être la tête pensante en alliance avec la Chine de Mao, et fut déclaré hors-la-loi. S'en suivit alors l'une des périodes les plus noires de l'Indonésie. La répression contre le PKI et ses partisans fit entre 160 000 et 500 000 morts en quelques mois dans une véritable folie meurtrière.


Le président Sukarno en compagnie du général Suharto


Pendant ce temps à Jakarta, Sukarno était de plus en plus isolé, notamment à cause de sa prise de position positive envers les communistes. Le 11 mars 1966, il fut contraint de transmettre une partie de ses pouvoirs à Suharto, devenu peu de temps avant général en chef des armées. Sukarno resta président jusqu'en 1967, avant d'être assigné à résidence à Bogor où il mourut en 1970. Suharto fut finalement élu président par intérim le 27 mars 1968, date qui marqua le début de "l'ordre nouveau".